Les 6h roller de Ballan-Miré 2018

Pour la neuvième année consécutive, le club BSR (Ballan sur roulettes) et la ligue régionale Centre Val de Loire ont accueillis la seconde étape du Rallye des six heures roller du Centre.

Cette année, 126 équipes (près de 300 patineurs), dont l’ASGUM, se sont retrouvées sur le circuit de la zone artisanale de la Châtaigneraie. Un parcours très roulant, sans grande difficulté si ce n’est quelques zones à gratton qui, au fil des kilomètres, ont commencé à se faire sentir dans les jambes.

Cerise sur le gâteau, la pluie annoncée depuis des semaines n’était pas là. Il a même fait beau et chaud !

La course

Deux courses étaient au programme, sur le même circuit et un départ commun :

  • trois heures pour les jeunes
  • six heures pour les autres

ASGUM a concouru dans la catégorie DUO, avec une très belle 8è place, et des temps bien au delà qu’espéré. Compte tenu des distances et du circuit nous avons opté pour des relais de 20 minutes chacun. Un choix qui s’est avéré plutôt bon (gestion de la fatigue / performance).

Equipe 110
Marseille – 13 ASGUM Catégorie : DUO
Nb pass : 101 Temps : 06:01:27 s Dist : 140,020 km Vmoy : 23,243 km/h Class ctg : 8 Points : 13
No Nom Nb pass Dist (km) Moy (km/h) Temps total (h:m:s) Meilleur tour
1 MANSOURI Thomas 52 71,420 26,077 02:44:19 00:02:48
2 BARLESI Carine 49 67,220 20,880 03:17:07 00:03:23

 

Une très bonne journée passée en compagnie des collègues de Camaret et Avignon (Yannick, Anaelle, Béa, Catherine et Claire).

Quelques photos des 6h roller de Ballan-Miré 2018

Plein d’autres photos ici :

Les solos, toujours au top

Impressionnants. Difficile de ne pas être admiratif face à la performance. Le train de solo allait bien trop vite pour nous.

Claude Viltard et Donovan Trefoux ont tourné 6h à plus de 28 km/h, suivi de près par Nicolas Cuisinier (Avignon) qui a parcouru 166km à 27.6 km/h de moyenne. Un grand bravo !

Les points délicats

La zone de relais était (très, trop!) réduite, et parfois délicate à gérer car située dans la portion la plus rapide du circuit. A vrai dire, on en a raté plus d’un. Et à voir le nombre de témoins ramassés sur le bord de route, on n’était pas les seuls. Avouons-le, c’était parfois la pagaille, gentiment entretenue par quelques imprudents qui font demi tour ou s’arrêtent net au lieu de laisser filer.

Autre point chaud : quelques patineurs étaient venus en mode « championnat du monde », ce qui a valu quelques accrochages malheureux. Carine en a fait les frais et a chuté à mi-course, après avoir été tamponnée. Quant à moi, je remercie un équipier ASTA – EO, qui non content d’avoir accroché deux patineurs dans le même tour, n’a pas eu la délicatesse de s’excuser. Je m’en tire avec une légère élongation à l’épaule suite au mouvement de rattrapage pour éviter de tomber. Rien de grave, mais il serait dommage de gâcher l’événement pour quelques secondes en course.